CanardIrrite Le journal humeuristique des postier-e-s de l’Isère et de la Savoie, le canard irrité du mois de juin 2019 vient de paraître. 

Edito

editoCIjuin201940, 42 jusqu’ ‘à 45 degrés la semaine dernière, le réchauffement climatique est bien là. La situation est trop grave pour se contenter de petites mesures, ou de « petits gestes quotidiens », plus destinés à nous culpabiliser qu’à produire un effet sur le climat.  Il ne s’agit plus de « transition écologique » à mettre en place mais bien d’une rupture écologique sociale et démocratique.

Démocratique : ce sont ceux qui ont réellement le pouvoir qui nous mènent à notre perte, c’est-à-dire ceux qui possèdent les multinationales, les banques, les grandes entreprises. Macron n’est qu’un de leurs managers en place pour nous imposer cet ordre politique. Il faut rapidement que la population, les travailleurs puissent décider de ce que l’on produit, comment nous le produisons et  dans quel but, pas une petite clique d’ultras riches qui ne pensent qu’à augmenter leurs dividendes.

Sociale : plus certains accumulent de l’argent plus nous nous appauvrissons. En nous mobilisant il faut imposer une autre répartition des richesses, nous méritons de bien meilleurs salaires ! Pas pour de la consommation ostensible comme l’on peut le voir chez les riches, mais simplement pour vivre correctement !

Ecologique : ce qui détruit notre monde et la planète c’est le mode de production capitaliste, 90 multinationales sont responsables de 60 % de la pollution mondiale (https://www.bastamag.net/Un-document-revele-comment-les-multinationales-entravent-toute-action) et pas le mode de vie des classes populaire. Aujourd’hui, la production de biens et des services n’est pas faite pour la satisfaction des besoins collectifs, et en prenant en compte leurs impacts écologiques , mais  pour faire du profit. Pour réorienter radicalement notre mode de production il faut retirer le pouvoir aux actionnaires, à la bourgeoisie et baser l’économie sur des principes sociaux, démocratiques et écologiques.

La crise qui vient. Certains nous trouverons utopistes, mais les vrais rêveurs sont ceux qui croient que tout cela va durer encore longtemps, les épisodes caniculaires (et leurs effets sur l’agriculture), la fin du pétrole, la finance encore plus folle qu’en 2008 nous entrainent vers une crise majeure de ce système. A nous de nous organiser ( à Sud par exemple) pour faire de ce moment une rupture instituant une société plus juste et plus fraternelle.

Un conseil de lecture pour l’été : « Comment les riches détruisent la planète » Hervé Kempf

 


 Postiers, Usagers, élus unis contre la répression et la casse du service public postal

100 personnes à St Pierre de Chartreuse

En février 2019 une nouvelle organisation de travail du centre courrier de Saint-Laurent-du-Pont a supprimé trois tournées et instauré la pause méridienne, depuis  les conditions de travail des facteurs·trices sont catastrophiques. Face à un personnel mobilisé  La Poste répond par la répression. Un facteur et une factrice ont été injustement accusé·e·s et de lourdes sanctions se sont abattues sur eux.

Lydie, après une semaine de mise à pied a dernièrement préféré solliciter un départ en retraite anticipée. Ce mois-ci, c’est Pierre qui s’est vu purement et simplement licencié, car La Poste lui reproche d’avoir claqué une porte. Ses collègues ont fait deux jours de grève pour le défendre et dénoncer les conditions catastrophiques de travail qu’ils-elles subissent. La Poste saute sur toutes les occasions pour se débarrasser de ses employé-e-s, surtout ceux résistant à sa politique de casse du métier de facteur·trice

En attendant, ce sont surtout les usager·ère·s qui regrettent leur facteur car il leur rendait un service de qualité. Après son éloignement du service, les habitant·e·s du bourg ne reçoivent pas leur courrier tous les jours, les remplaçants doivent s’y mettre à deux pour combler sa tournée.

 SaintPierreDeChartreuse19juin2019

Mercredi 19 juin  devant la mairie de Saint-Pierre-de-Chartreuse, postiers, usagers mais aussi les élus, dont le maire, se sont rassemblés pour dire stop à la casse du service public postal et demandé des comptes à la poste.

Un cahier d’exigence a été rempli par les usagers, il sera amené conjointement par Sud, une délégation d’élus et d’usagers à Madame Maitre la directrice de l’établissement. 

Tournées sacoches, c’est Koh Lanta !!!

sacochesLes tournées sacoches se multiplient dans la DSCC 38/73 (3000 prévues au national d'ici 2020). Nous sommes allés à la rencontre de ces facteurs et factrices pour qu'ils nous racontent comment ça se passe en vrai pour eux :

  • ·9h30 : prise de service à l'îlot, déchargement des CP avec colis et caissettes courriers, caissettes qu'il faut soulever pour les sortir des CP, et déchargement de l'IP (le lundi),

  • ·9h45 : tri des colis, des recommandés, chargement de la voiture (dont IP), brief,

  • ·10h15/10h30 : départ en tournée et là la course commence pour pouvoir terminer la tournée dans les temps en gérant les erreurs sur le classement de la tournée, mais on ne revient pas en arrière, le courrier mal classé sera remis en distribution le lendemain ! Il y a aussi des problèmes sur les réexpéditions !

  • ·13h : après 2h30 de distribution sous haute tension et stress, nous rentrons à l'îlot pour notre pause méridienne. Si on veut se changer c'est dans les toilettes car pas de vestiaires femmes et hommes dans l'îlot et un WC pour tout le monde ! Après avoir mangé, il faut recharger notre voiture avec le courrier de l'après-midi qui est arrivé à l'îlot vers midi

  • ·13h45 à 16h37 : à 13h45 on doit repartir en tournée mais la fatigue se ressent, mais on repart en distribution quel que soit les conditions climatiques (pluie, tempête, grêles ou canicule), 2h45 de stress permanent et avec le sentiment de ne pouvoir, une fois de plus, rien maîtriser de ce que l'on distribue ! Si on n'arrive pas à terminer dans les temps, on ramène le courrier. On n'arrive plus à faire de la qualité de service à laquelle nous sommes fortement attachés !

Notre fin de vacation est à 16h37, mais généralement on part de l'îlot, c'est plus souvent 17h00,  on est tellement épuisé qu'on ne fait plus rien ! Cette organisation de travail a des conséquences néfastes non seulement sur notre santé mais aussi sur nos vies privées, on n'a plus ni le temps ni le goût de faire quoique ce soit !

On se demande quels sont les intérêts de La Poste dans tout cela ? En tout cas pas nos conditions de travail mais sûrement réduire les effectifs, sous-traiter l'activité de distribution comme elle a commencé à le faire au colis, transformer notre entreprise en entreprise de service généraliste. La direction ne fait que des éloges sur les îlots, c'est presque un goût de vacances, la plage, les palmiers...... le paradis comme le vante notre direction auprès des autres collègues ! Mais non ! En réalité c'est l'enfer !


Voici revenu la saison des fermetures de bureaux à Grenoble!!!!

La direction du réseau continue son démantèlement des bureaux de poste après Championnet et grand place, elle voulait s’attaquer à Stalingrad et Bajatière. La mobilisation du collectif « j’aime ma poste à Grenoble » et la grève massive des guichetiers grenoblois le 9 mai dernier ont fait reculer La Poste, car dans le nouveau projet seul le bureau de Stalingrad est prévu pour fermeture.

ReseauChavantjuin2019

Les mauvais arguments de La Poste

Cependant si en termes de fermeture de bureau, La Poste a réduit ses ambitions de départ, elle fait payer le prix fort au guichetier en réduisant de plus de 10% leurs effectifs Et pour justifier cette baisse, elle utilise 2 arguments : la baisse de la fréquentation du public et des objectifs bancaires commerciaux non atteints.

La Poste sous estime notre travail

Nous contestons les arguments de la direction, la fréquentation dont parle La Poste est celle des opérations qui sont enregistrées, finalisées, alors que combien de personne passe tous les jours dans nos bureaux sans que l’on puisse répondre à leur souhaits (instances dans un mauvais bureau, 36 31 qui ne répond pas, échec à joindre la banque postale, etc…) et qui du coup ne rentre pas dans leur statistique. Et d’autre part faire payer les soi-disant mauvais résultats commerciaux aux guichetiers est une escroquerie. Les objectifs sont toujours à la hausse et inatteignables. Les directeurs territoriaux exercent une tel pression quotidienne sur la ligne bancaire et les directeurs de secteur, que nombre d’entre eux sont au bord du burn out ou souhaitent quitter La Poste.

Les incivilités en hausse

Mais le pire dans tout ça, c’est que Grenoble est ciblé par le siège comme une ville qui subit le plus d’incivilités sur le territoire (25% d’augmentation en 2018), et à ce titre a des vigiles dans ses bureaux de même que Marseille. Et pour répondre à cette problématique on ne trouve rien de moins que de baisser les horaires d’ouverture des guichets ce qui entrainera obligatoirement un allongement des files d’attente et un risque accru d’incivilité.

Face à ce projet néfaste pour les postiers et les usagers, SUD continuera à développer la mobilisation du personnel en lien avec le collectif de défense de la Poste, et les autres organisations syndicales qui s’inscrivent dans cette démarche. Nous défendons nos conditions de travail, pour assurer un service de qualité, et nous revendiquons le maintien de bureaux de Poste de proximité avec du personnel formé qui répondent réellement aux besoins de la population.


Canicule, Coup de chaud pour les postiers

Nos employeurs face à leurs obligations.

Nous avons l’habitude dans notre chère entreprise à ce que les obligations voir même les décisions de justice soient largement bafoués par nos dirigeants. L’épisode caniculaire de ces dernières semaines n’échappe pas à la règle.

Malgré les alertes faites par vos représentants SUD au sein des CHSCT où nous sommes présents, malgré l’interpellation de notre syndicat auprès de chaque direction, malgré l’obligation de protéger la santé de ses employés (article L4121-1 du code du travail) et malgré l’intervention de la ministre du travail en personne pour rappeler ces obligations aux employeurs et bien rien de rien.

Nos patrons se soucient de notre santé comme de leur chemise sale.

Les exemples sont nombreux sur nos différents territoires  où l’immobilisme, la fainéantise ou tout simplement le mépris ont pris le dessus sur notre santé 

SUD prend ses responsabilités

Dès que les pics de chaleur ont été annoncés, le syndicat a demandé à la Direction de la Poste que des mesures de préventions urgentes soient prises immédiatement à savoir:

-L’aménagement des horaires et l’allégement des tournées pour les facteurs (suppression de la coupure méridienne)

-Ouverture de tous les bureaux de Poste non équipés de climatisation uniquement le matin

- Si la température est trop chaude tous les postiers doivent utiliser leur droit de retrait 

Chanson à texte : Le lavabo d’Uriage

( sur l’air de : il est beau le lavabo)

Hé Hé il est où le lavabo, le lavabo il est où ?

Il est tombé le lavabo, il est tombé où le lavabo ?

Tu reviens 10 jours après et tu recommences

Il est où le Lavabo ? Il est où le lavabo ?

Le plombier il est parti avec le lavabo ?

Dites-moi il est où le lavabo Monsieur Perrot ?

Tu reviens 1 mois plus tard

Lavabo qu’il est beau, il est beau le lavabo

Merci Madame V...!!!!

 

Canicule

A bourg d’Oisans pour lutter contre la canicule, les encadrants ont donné des vaporisateurs d’eau périmés aux facteurs.

Conseil d’Oscar : Pas facile de prendre une décision dans ce nuage !!! 

 

GJ14juillet

Problème de ravitaillement sur ilot

Plus de budget aux ilots, à Chirens la personne chargée du ménage a dû acheter sur ses propres deniers une balayette à chiotte, désodorisant toilette et égouttoir pour vaisselle.

Conseil d’Oscar : avant de rejoindre un ilot comme à Koh Lanta, n’oubliez pas votre paquetage de survie

referendumADP

 

Proverbe au Liberia

Le soleil n’oublie pas un village

Culotte courte

Voilà l’été et la question de l’habillement se pose au guichet. Les encadrants s’opposent très souvent au port du bermuda au prétexte que ce n’est pas adapté pour recevoir du public. Or le bermuda est proposé dans le catalogue d’habillement des facteurs et ils sont bien au contact du publique.

Conseil d’oscar : puisqu'on on nous refuse le bermuda, portons le kilt ! 

   

 Télécharger le PDF


0
0
0
s2smodern