Vous êtes postier intérimaire et vous avez des questions sur votre bulletin de salaire ?

Ce que dit la loi : « La rémunération, au sens de l'article perçue par le salarié temporaire ne peut être inférieure à celle prévue au contrat de mise à disposition » (Article L.1251-18 du code du travail). Dans les faits on constate que cette règle simple n'est souvent pas respectée, c'est illégal.

Pour vous aider nous avons rédigé cet article pour nos collègues intérimaires. Des questions, des éléments à compléter ? Contactez-nous !

 Ce qu'on doit vous payer :

  • HEURES NORMALES TRAVAILLÉES : Le taux horaire dépend de votre grade. En théorie vous devez avoir le même grade que la personne remplacée, pourtant La Poste respecte rârement ce principe et vous met au grade le plus bas de votre métier au motif que vous êtes débutant. Le salaire horaire pour un facteur ou une factrice au grade de base (I.2) est de 10.08 € bruts. Le salaire horaire de chargé de clientèle au grade le plus bas (II.1) est de 10.46 € bruts (salaires à fin 2018).

  • H.SUP 25 % : Les heures travaillées au-delà de 35 heures dans la semaine sont majorées de 25%.

  • CPLT RÉMUNERATION : C'est le complément de rémunération, une prime qui remplace un peu le 13ème mois que les postiers n'ont pas. Ramené à l'heure ça fait 1 € brut par heure pour un facteur au grade I.2. Pour un chargé de clientèle au grade II.1 ça fait 1.11 € / heure.

  • IND TITRES REPAS : Pour chaque journée entière travaillée avec fin de service après 13h45 vous avez droit aux tickets restaurant. Si l'agence ne vous donne pas directement des titres restaurant, elle vous doit alors une indemnité équivalente à la participation de La Poste aux titres restaurant, soit 4.20 €. Pour plus d'infos consultez notre article sur les titres restaurant.

  • IND COLLATION: Indemnité collation. Uniquement pour les agents de la distribution qui n'ont pas le droit aux tickets restaurant en raison de leurs horaires. C'est 2€ versés pour chaque journée travaillée, histoire d'acheter un pain au chocolat quand vous êtes affamé en tournée.

  • PCTI : Prime Communication et Technologies de l'Information. Cette prime est payée chaque mois aux postiers ayant plus de 3 mois d'ancienneté continue. C'est un vestige du temps des « lignes de continuité de service ». La prime est de 16 € par mois, même en temps partiel. C'est la prime la plus souvent « oubliée » sur la feuille de paye, pourtant vous y avez droit même en Intérim.

  • CPLT CH DE FAM : Complément pour charge de famille. Si vous avez 2 enfants ou plus, vous avez droit à ce complément. Consultez notre dossier consacré au droit des parents postiers pour plus de précisions.

  • IFM : Indemnité de Fin de Mission. C'est la prime de précarité ou de fin de contrat. L'Indemnité de Fin de Mission est égale à 10 % du salaire brut. Elle doit être versée à la fin de chaque mission avec votre salaire.

  • CONGES PAYÉS : Si vous ne prenez pas de congés pendant votre contrat, on vous paye l'équivalent de ce que vous auriez reçu pendant la période de congés. Les congés payés correspondent à 10 % de votre salaire brut + montant de l'Indemnité de Fin de Mission. Les congés payés sonts versés à la fin de votre mission.

  • SANTÉ, RETRAITE ETC. : Le reste c'est le salaire différé, une partie de votre salaire que vous versez en cotisations à vos caisses d'assurance maladie, chômage etc... C'est grâce à ces cotisations que vous pouvez être soigné gratuitement, bénéficier du chômage et que les salariés retraités peuvent vivre dignement. En déduisant ces cotisations on arrive au "salaire net à payer avant impot sur le revenu".

Contrairement aux idées reçues, le droit syndical existe dans l'intérim. Le personnel intérimaire a le droit de se syndiquer pour défendre ses droits. La confidentialité du syndicat vous permet d'être adhérant sans que cela soit su par La Poste.

Au syndicat Sud, nous pensons qu'il faut lutter ensemble quel que soit notre statut (CDD, fonctionnaire, CDI, intérim, contrat GEL, sous-traitant, alternant, travailleur sans-papiers). SUD PTT se bat contre la précarité et pour l'embauche en CDI de tous les postiers CDD et Intérimaires. Nous dénonçons le mépris que subissent les intérims et CDD considérés comme des travailleurs jetables.

0
0
0
s2smodern