Depuis lundi 30 septembre, 24 factrices et facteurs de la PDC de Romans étaient en grève. Ils-elles dénoncent les conditions de travail qui se dégradent avec la mise en place d’une nouvelle organisation. Ils-elles ont dû faire face au mépris et au dédain d’une direction locale qui rejetait en bloc l’ensemble de leurs demandes.

Communiqué de presse 4 Octobre 2019

Cette direction,qui dans un premier temps avait refusé de recevoir les différentes organisations de l’intersyndicale SUD-CGT-UNSA ensemble, avec les grévistes. Ils-elles ont dû faire face à des manœuvres pour briser leur mouvement, la direction dépêchant sur place, dès le second jour de grève, des cadres et agents de toute la région. Ceci à grands renforts de moyens financiers, que la direction de La Poste refuse de mettre pour l’amélioration des conditions de travail au quotidien. Mais les factrices et facteurs en lutte sont restés uni-es, ont réaffirmer leur volonté de se battre pour de meilleures conditions de travail. Leur ténacité a permis de faire plier la direction locale, qui a fini par accepter de recevoir grévistes et syndicats collectivement. C’est dans ce cadre de négociation arraché par les grévistes, qu’une majorité de leur revendication a été entendue ! Les 24 factrices et facteurs en grève depuis le début de semaine ont repris le travail ce matin, la tête haute. Ils-elles ont obtenu des garanties en termes de formation et information, d’aménagement de leur position de travail, des garanties sur les remplacements, et des renforts. Au-delà de ces avancées, ils-elles ont prouvé que la détermination et la solidarité d’un collectif peut faire bouger les lignes, et faire reculer la direction. Ils-elles reprennent le chemin du casier uni-es, plus solidaires, plus fort-es grâce à cette lutte victorieuse. Ce conflit nous montre que des postier-es uni-es, organisé-es et determiné-es peuvent faire reculer La Poste.

Contact:SébastienSchricke 06 09 26 58 26


Les postier-es de la PDC de Romans dans la Drome entament leur quatrième jour de grève. 24 factrices et facteurs combattent les rythmes de travail imposés, la méridienne dans des conditions toujours plus délétères, mais aussi les suppressions de positions de travail.

GreveRomansOctobre2019 91726

Ce mardi 1er octobre, le centre de distribution du courrier de Romans-sur-Isère (Drôme) devait fonctionner avec une nouvelle organisation. Cinq départs en retraite ne sont pas remplacés, la direction a donc réparti ces cinq tournées manquantes sur les autres postiers. Mais passer de 36 à 31, cela a des conséquences. Des tournées plus longues, un temps de travail hebdomadaire rallongé et surtout à la place d'une pause de 20 minutes rémunérée, une de 45 minutes obligatoire et non indemnisée.

Pour Sébastien Schricke de SUD-PTT, au-delà des tournées plus longues et plus contraignantes, les postiers qui sont habitués à finir à 13h30 actuellement, vont devoir réorganiser leur vie privée s'ils terminent désormais leur journée après 15 heures.

Déjà hier, lundi, à la veille de la mise en place de cette nouvelle organisation, 23 facteurs romanais ont cessé le travail. Ce mardi, ce sont 24 employés qui sont en grève selon les syndicats.

Selon la direction, une continuité de service a été mise en place pour assurer la distribution du courrier sur les 15 communes desservies par ce centre courrier. Le service collecte-remise pour les professionnels est assuré et les boites postales sont alimentées. Le courrier déposé en bureau de poste est traité ainsi que le départ du courrier dans les boîtes aux lettres de rue.


Leurs conditions de travail sont bien sur au cœur de leurs revendications.

Ils-elles sont confrontés au mépris de la direction, qui justifie, ici comme ailleurs, le bien fondé de cette réorganisation sous couvert d'une activité courrier en baisse, mais oublie de parler des autres activités (colis-PPI...) qui elles explosent !

24 factrices et facteurs combattent les rythmes de travail imposés, la méridienne dans des conditions toujours plus délétères, mais aussi les suppressions de positions de travail.

Pour casser leur mobilisation, les cadres et fact'aides sont arrivés en nombre depuis le début de la semaine, mais les collègues grévistes tiennent bon !

Ils-elles ont bien sur besoin de notre soutien !

0
0
0
s2sdefault