Trois mois après une restructuration, les facteurs et factrices du bureau desservant une bonne partie du plateau de Chartreuse sont encore en souffrance et essaient tant bien que mal d'offrir un service public postal de qualité aux usagers.

19 juin 2019 : Rassemblement de soutien pour Pierre, facteur de Saint-Pierre-de-Chartreuse, licencié abusivement "pour avoir claqué une porte"... comble du ridicule !! 

Plus de 100 participant-es, habitant-es, usagers, salarié-es, élus, fonctionnaires, militant-es syndicaux, orgas... nombreux devant l'ancienne Poste de Saint-Pierre-de-Chartreuse, à l'initiative des SUD-PTT et SOLIDAIRES-Isère, en soutien à Pierre et tous les autres! 

Tous-tes ensemble contre la répression des salarié-es!! NOUS NE LAISSERONS JAMAIS FAIRE LES DIRIGEANTS-OPPRESSEURS... 
LA LUTTE CONTINUE !!

RassemblementSaintPierre19juin2019RassemblementSaintPierre19juin2019 1RassemblementSaintPierre19juin2019 2


Communiqué de presse 17 juin 2019

Pierre, facteur de Saint Pierre de Chartreuse, licencié pour avoir claqué une porte.

Après la mise en place d’une nouvelle organisation de travail du centre courrier de Saint-Laurent-du-Pont, dont dépend la tournée de Pierre, les conditions de travail des facteurs·trices sont catastrophiques. Les tournées ayant été rallongées malgré la mobilisation des agents, pour défendre leur métier et la qualité de service, La Poste réprime les représentant-e-s du personnel. Un facteur et une factrice ont été injustement accusé·e·s et de lourdes sanctions se sont abattues sur eux.

Lydie, après une semaine de mise à pied a dernièrement préféré solliciter un départ en retraite anticipée. Ce mois-ci, c’est Pierre qui s’est vu purement et simplement licencié, car La Poste lui reproche d’avoir claqué une porte. Ses collègues ont fait deux jours de grève pour le défendre et dénoncer les conditions catastrophiques de travail qu’ils·elles subissent. La Poste saute sur toutes les occasions pour se débarrasser de ses employé-e-s, surtout ceux résistant à sa politique de casse du métier de facteur·trice. 

En attendant, ce sont surtout les usager·ère·s qui regrettent leur facteur car il leur rendait un service de qualité, surtout dans ces conditions rurales de moyenne montagne des monts de Chartreuse où beaucoup d’habitant·e·s isolé·e·s se voient délaissés de la plupart des services publics locaux. Après son éloignement du service, les habitant·e·s du bourg ne reçoivent pas leur courrier tous les jours, les remplaçants doivent s’y mettre à deux pour combler sa tournée.

C’est pourquoi un rassemblement aura lieu ce Mercredi soir 19 juin à 18 heures devant la Poste de Saint-Pierre-de-Chartreuse. Il s’agit de se mobiliser tous·tes ensemble, usager·ère·s, élu·e·s, postier·ère·s pour défendre un service public postal de qualité et le respect des droits des postier·ère·s et des usager·ère·s !

Rassemblement citoyen pour la défense du service public postal et contre le licenciement abusif du facteur

Mercredi 19 juin 2019 à partir de 18 heures

Devant La Poste de Saint-Pierre-de-chartreuse


Le Dauphiné Libéré du 21 Juin 2019

Un article du Dauphiné Libéré est paru suite au rassemblement du 19 Juin :

DaubeSkayou 47c4d


Tract aux usager-ère-s

Depuis février et la mise en place d’une nouvelle organisation de travail du centre courrier de Saint-Laurent-du-Pont, dont dépend la tournée de Pierre, les conditions de travail des facteurs·trices sont catastrophiques. Les tournées ayant été rallongées malgré la mobilisation des agents, pour défendre leur métier et la qualité de service, La Poste réprime les représentant-e-s du personnel. Un facteur et une factrice ont été injustement accusé·e·s et de lourdes sanctions se sont abattues sur eux.

Fautes injustifiées, sanctions disproportionnées

licenciement_noir.pngLydie, factrice de St Lo a été mise à pied une semaine. La Poste a réussi son coup, puisque cette collègue, après 40 ans de bons et loyaux services, s’est sentie totalement méprisée par cette sanction disproportionnée au point de solliciter un départ en retraite anticipée.

Ce mois-ci, c’est Pierre qui s’est vu purement et simplement licencié, après 15 ans de service, car La Poste lui reproche d’avoir claqué une porte. Dans les faits, l’agent mis sous pression par l’encadrement, a certes pu claquer la porte sur le coup de la colère. Mais en vérité la directrice d’établissement a sauté sur l’occasion pour licencier un postier qui résiste à sa politique de casse du métier de facteur·trice.

En attendant, ce sont surtout les usager·ère·s qui regrettent leur facteur car il leur rendait un service de qualité, surtout dans ces conditions de moyenne montagne des monts de Chartreuse où beaucoup d’habitant·e·s isolé·e·s attendaient quotidiennement sa venue. Ses collègues ont fait deux jours de grève pour le défendre et dénoncer les conditions catastrophiques de travail qu’ils·elles subissent. 

Maintenant il s’agit de se mobiliser tous-tes ensemble, usager·ère·s, élu·e·s, postier·ère·s pour défendre un service public postal de qualité et le respect des droits des postier·ère·s et des usager·ère·s !

Pour envoyer un courrier exprimant votre réprobation : Mme Maitre Directrice du courrier :

ZA de Rhodes 40 rue des mûriers BP 220 38352 Saint-Jean-de Soudain cedex


Tract aux employé-e-s :

Lourdé pour une porte !!!

Le centre courrier de Saint-Laurent-du-Pont a été restructuré au mois de Février 2019, et à cause d’une mise en place hasardeuse, les agents sont encore en souffrance depuis trois mois. Plusieurs alertes ont pourtant été notifiées à l’employeur par le CHSCT pour dénoncer des conditions de travail devenant catastrophiques. Mais l’employeur fait la sourde oreille, les tensions ne cessent de croître et se propagent dans le service entrainant un fort mal-être au travail. Les agents consciencieux font malgré cela tout leur possible pour rendre un service public postal de qualité, mais l’encadrement ne leur facilite pas la tâche, bien au contraire. C’est dans ce climat délétère que deux adhérents de notre fédération ont été injustement accusés et convoqués devant un conseil de discipline, de lourdes sanctions se sont abattues sur eux .

Fautes injustifiées, sanctions disproportionnées

Une première adhérente a été mise à pied une semaine en Novembre 2018 pour procédé déloyal pouvant porter atteinte à un encadrant. La Poste a réussi son coup, cette collègue, après 40 ans de bons et loyaux services et notations irréprochables, s’est sentie humiliée au point de solliciter un départ en retraite anticipée.

Ce mois-ci c’est encore un de nos adhérents qui s’est vu purement et simplement licencié car il lui est reproché d’avoir claqué une porte. Dans les faits, l’agent, à qui l’encadrement insistant et humiliant demandait d’accomplir une tâche qui ne lui incombait pas, a certes pu claquer la porte sur le coup de la colère mais la fameuse porte était sujette à défauts et réparations régulièrement. Ses collègues en ont d’ailleurs attesté, le préjudice n’est pas viable et les sanctions envisagées disproportionnées. Malgré tout ce vilain syndicaliste va finir à la porte à cause d’une porte, il faut dire que du haut de ses deux mètres ce gentil grand nounours a bien l’allure du bucheron, ou du moins du charpentier (si Pôle-Emploi veut bien finir de lui financer son projet d’évolution professionnelle). En attendant ce sont surtout les usagers à qui il rendait un service public de qualité qui vont le regretter, surtout dans ces conditions de moyenne montagne des monts de Chartreuse où beaucoup d’habitants isolés attendaient quotidiennement sa venue. Ses collègues se sont mobilisés pour le défendre, deux jours de grève ont été consacrés à dénoncer les conditions de travail empêchant un service public de qualité auprès des élus locaux et des usagers très concernés également par les fermetures de bureaux de poste ruraux.

Sud PTT Isère-Savoie dénonce le traitement abusif et injustifié de ses adhérent-e-s !

NON A LA DISCRIMINATION SYNDICALE !

NON au LICENCIEMENT de PIERRE !

Un management qui fait perdre le sens du travail

Dans le contexte de réorganisation et climat social tendu sur les sites, les agents se serrent les coudes habituellement et se rendent volontiers service pour compenser les manques de l’organisation du travail, et l’employeur n’en est jamais reconnaissant. Le management par la terreur est pourtant désormais de mise à La Poste et des pluies de sanctions s’abattent à tout va, bien souvent pour des raisons injustifiées. C’est en tout cas efficace au point de vue managérial puisque les volontaires sont de moins en moins nombreux à se mettre en avant pour dénoncer les injustices et de plus en plus nombreux à quitter l’entreprise. Les cadres de proximité connaissant auparavant le terrain sont remplacés par de frais poupons sortis d’une école de management internationale ou grenobloise tout frétillants de tester les méthodes apprises à l’école sur de vrais attardés de la société, les facteurs, et syndicalistes si possible.

Un accompagnement social vers la sortie

C’est donc de cette manière que les ressources humaines de notre très chère entreprise, en millions d’euros CICE inclus, se déshumanisent. Sud constate que dans toutes les branches de l’entreprise, les effectifs se sont plutôt renouvelés ces derniers temps, nous sommes désormais des chiffres dans un outil informatique. Les cas de refus d’appui de projet professionnel, de reconversion ou de formation sont légions ces temps-ci, beaucoup préfèrent démissionner et abandonner leur sort à Pôle-Emploi, d’autres sont renvoyés pour inaptitude. La Poste tend dans toutes ses branches vers une privatisation forcée et beaucoup vont rester sur le carreau, les méthodes managériales qu’elle emploie pour parvenir à ses fins font cruellement penser à celles appliquées chez Orange.

Une répression sans pareil du mouvement syndical

La fédération Sud PTT a déjà mis le doigt sur la discrimination de La Poste envers ses militants, adoptant une motion d’actualité contre la répression syndicale à son congrès de 2014. A l’époque, Le Groupe La Poste s’attachait à cibler des représentants syndicaux actifs et gênants mais désormais elle s’attaque à tous et toutes pour faire des exemples et étouffer dans l’œuf toute ambition syndicale, la décrédibiliser, la diaboliser. Au niveau local les militants syndicaux Sud ne sont pas en reste, puisque trois d’entre eux ont été mis à pied suite à une action de soutien en Mai 2016. Le Conseil des Prud’homme de Grenoble a statué que les sanctions des salariés du syndicat SUD PTT étaient injustifiées et revêtaient un caractère discriminatoire.  On ne compte plus les refus de visites de bureau pour des raisons fallacieuses, l’entrave au droit syndical est elle aussi rentrée dans les mœurs du patronat.

« L'exercice du droit syndical est reconnu dans toutes les entreprises dans le respect des droits et libertés garantis par la Constitution de la République, en particulier de la liberté individuelle du travail ». (Article L2141-4 du Code du travail)

NON à la DISCRIMINATION ! HALTE aux LICENCIEMENTS ABUSIFS !

Le tract en PDF


Les facteurs et factrices de Saint Laurent du Pont Mairie étaient en grève ce mardi 14 mai, à l’appel de Sud-PTT Isère-Savoie. Nous facteurs et factrices luttons contre la restructuration du centre courrier et ses conséquences sur les salariés et le service public. Nous faisons grève aussi en soutien à notre collègue représentant syndical sur le point de passer devant un conseil de discipline dans cette entreprise qui cherche à briser l'humain. Vive la lutte!


 Communiqué de presse

Grenoble le 14/05/19

Grève des facteurs de St Laurent du Pont

REORGANISATION DOULOUREUSE & REPRESSION

La majorité des factrices et facteurs de St Laurent du Pont se sont mis en grève ce mardi 14 mai 2019 : 15 agents sur les 17 tournées de distribution. Comme à son habitude la Direction EXécutive Auvergne-Rhône-Alpes (DEX AURA) a fait appel à sa flotte de remplacement (Fact’aides) pour couvrir les tournées des grévistes. Quelques encadrants de la direction ont également été invités à mettre la main à la pâte pour casser la grève / maintenir la continuité du service public.

Une délégation de factrices et facteurs a pu être reçue par Monsieur Le Maire de Saint-Laurent-du-Pont, très à l’écoute de ces administrés et des revendications des employés de son centre courrier. La détresse des factrices et facteurs a bien été perçue par l’élu qui s’attachera à faire remonter ces informations.

Depuis le 19 février les agents du centre courrier subissent une restructuration qui a réduit le nombre de tournées, augmenté les kilomètres, amplifié les risques de toutes natures dont les risques psychosociaux. Aujourd’hui les agents de SaintLaurent-du-Pont sont épuisés, cette réorganisation ne fonctionne pas, elle n’a fait qu’amplifier des conditions de travail déplorables qui sont à ce jour insoutenables. Après trois mois de mise en place, ils finissent encore leur tournée bien après l’heure de fin de service règlementaire. Ces méthodes s’apparentent bel et bien à du travail dissimulé.

Autre élément important de ce mouvement de grève est la sanction prise à l’encontre d’un militant syndical, comme çà a déjà été le cas pour un autre agent il y a quelques temps. Il sera convoqué à un conseil de discipline le 24 mai qui devrait statuer sur la sanction d’un licenciement et pour laquelle les collègues sont tous unanimes qu’elle s’avère totalement injustifiée et démesurée, ils sont d’ailleurs prêts à en témoigner.

Si cette situation en est arrivée là c’est qu’aujourd’hui les conditions de travail de l’ensemble des agents sont arrivées à un degré important de saturation. Malgré leurs nombreux appels à l’aide et demandes de concertation avec leur hiérarchie,
cette dernière n’a jamais répondu positivement à leurs sollicitations. Un fait alarmant de la souffrance que subissent les agents est que certains en viennent à évoquer le suicide. Même l’encadrement subit la pression puisque l’un d’eux en est venu à se mettre en arrêt maladie cette semaine.

Ce centre de distribution courrier est encore un exemple flagrant d’une gestion désastreuse qui ne fait, là aussi, que broyer les agents. QU’EST DEVENUE NOTRE POSTE ? Elle ressemble de plus en plus à FRANCE TELECOM avec son lot de suicides et de souffrance au travail qui se serait propagé au sein de notre entreprise ??

En attendant c’est la population des nombreux villages desservis par ce centre de distribution qui subissent la dégradation de la qualité du service qui leur est dû, comme c’est le cas plus généralement du service public partout ailleurs.

Contact presse : Isabelle : 07.70.30.62.06


 Un article de Place Gre'net est disponible sur le sujet : https://www.placegrenet.fr/2019/05/14/saint-laurent-greve-centre-postal/242552


 Communiqué de presse

Grenoble le 10/05/19

Grève des facteurs de St Laurent du Pont

REORGANISATION REPRESSION LA POSTE COMME FRANCE TELECOM ??????

Les factrices et facteurs de St Laurent du Pont seront en grève ce mardi 14 mai 2019. Depuis le 19 février ils subissent une réorganisation qui a réduit le nombre de tournées, augmenté les kilomètres, amplifié les risques de toutes natures dont les risques psychosociaux. Aujourd’hui les agents de St Laurent du Pont sont épuisés, cette réorganisation ne fonctionne pas elle n’a fait qu’amplifier des conditions de travail déplorables qui sont à ce jour insoutenables.

Autre élément important de ce mouvement de grève est la sanction prise à l’encontre de leur représentant syndical, Pierre Dauchy, convoqué à un conseil de discipline le 24 mai qui devrait statuer sur la sanction d’un licenciement et pour laquelle ils sont tous unanimes qu’elle s’avère totalement injustifiée, démesurée. Si cette situation en est arrivée là c’est qu’aujourd’hui les conditions de travail de l’ensemble des agents sont arrivées à un degré important de saturation. Malgré leurs nombreux appels à l’aide et demandes de concertation avec leur hiérarchie, cette dernière n’a jamais répondu positivement à leurs sollicitations.

Ce centre de distribution courrier est encore un exemple flagrant d’une gestion désastreuse qui ne fait, là aussi, que broyer les agents. QU’EST DEVENUE NOTRE POSTE ? Elle ressemble de plus en plus à FRANCE TELECOM avec son lot de suicides et de souffrance au travail qui se serait propagé au sein de notre entreprise ??

Les agents se réuniront mardi 14 mai devant le bureau de poste à partir de 7h00.

Contact presse : Isabelle : 07.70.30.62.06


0
0
0
s2sdefault